fbpx

Duath­lon 111 de Gra­ve­lines

CR DU DUATHLON 111 DE GRAVELINE LE 04/07/2021

CAP1 10KM / 90KM VELO/ CAP2 10KM

Ven­dre­di départ : J’accroche mon vélo sur la voi­ture et la une sen­sa­tion bizarre m’envahit, il y a bien long­temps que je n’ai pas res­sen­ti ça (oui c’est de l’excitation).

On prend la route direc­tion Lens faire une petite halte chez le beau-frère et boire une petite bière (enfin 2,3).

Le same­di matin : je vais faire mon petit enchai­ne­ment 1h vélo ‑30mn CAP, pas trop de jambes sur le vélo avec un petit vent per­ma­nent le doute s’installe, je pose le vélo je pars en cap le car­dio monte aus­si­tôt je ralen­tis et fais l’escargot pen­dant 30 mn. Une douche on recharge la voi­ture et direc­tion Gra­ve­lines.

Je vais cher­cher mon dos­sard, ça fait bizarre de retrou­ver ça (l’ambiance du spea­ker , les ath­lètes de par­tout, le parc à vélo je n’ai pas vécu ça depuis aout 2018), on arrivent on contrôle pass sani­taire et là la dame me dit pour les spec­ta­teurs aus­si il faut le pass (oups j’avais pas tout lu ) elle me donne l’adresse et numé­ro de la phar­ma­cie qui fait des tests anti­gé­nique , ma femme appelle et on lui dit on va fer­mer d’ici peu il est 15h30 et la phar­ma­cie ferme à 15h, les phar­ma­ciens sont tri­ath­lètes du coup ils ont atten­du, c’est bon ma femme à son pass aus­si .

Quelle galère main­te­nant pour cou­rir un peu !

Le soir on va man­ger une petite plâ­trée de pattes avec une bonne bière (encore 😊).  Retour à l’appart ce repo­ser et dodo.

Dimanche matin pas trop tôt le départ n’est qu’à midi, petit déjeu­né, le temps est moche, il pleut, le stress me monte je n’ai plus confiance en moi, (depuis ce fameux Aout 2018), une douche , on range l’appart et direc­tion le parc à vélos, arri­vé sur place il se met à pleu­voir des trombes d’eau, vrai­ment pas envie de me pré­pa­rer , ça ce calme un peu je me pré­pare comme un débu­tant ( c’est bon, tu peux fer­mer la voi­ture, à merde attend j’ai oublié mon dos­sard, on fait 500m, attend j’ai oublié mes chaus­sures de vélo 😊 😊) bon c’est bon j’ai tous.

article recommandée :  Calendrier 2024 des épreuves nationales

11h J’arrive au parc je dépose le vélo, j’ai froid, je mets tout en place, et j’attends, ma femme et mes enfants arrivent je sors du parc et on va vers la ligne de départ, je m’échauffe un peu mais sans convic­tion je né suis pas dedans du tout, 

11h58 un der­nier bisou à ma femme et mes enfants, le départ tri et duath­lon est don­né en même temps. Paf le tri part sauf que les mecs en 1 ère lignent du duath­lon n’entendent pas le coup de feu, du coup ça merde un peu et c’est par­ti pour le 1er tour de la CAP1 comme j’ai dit je né suis pas dedans, j’essaie de res­pec­ter les consignes de Michel.


CAP 1 : 51’22’’ 11,4km/h de moyenne plu­tôt satis­fait pour une reprise

Après 2–3 kms c’est bon, je suis en mode com­pet 2ème tour un petit cou­cou à la famille et c’est par­ti, je suis bien mais l’impressions d’être dans les der­niers. Les mecs sont par­tis comme des flèches , une petite voix me dis “tu t’en tapes, tu es la pour te faire plai­sir pas pour une perf, n’oublie pas que tu as arrê­té plus de 2 ans et que tu as repris il y à 7 mois seule­ment ‚ok on conti­nue”(oui je me parle en course ) je suis bien tout va bien et la 7eme kms de CAP 1 et j’entends « appe­lez les secours  il y a un noyé », je vois des autres concur­rents sor­tir le mec et com­men­cer le mas­sage car­diaque, je décroche de ma course et la ma petite voix qui me dit tu vois ça peut arri­ver. Le tri s’est fini pour toi, je suis plus dedans encore un coup je pense à ce gars, j’arrive à la fin de Cap 1 je vois la famille , quel plai­sir de revivre ça .

T1 je fais quoi veste ou pas veste, il fait lourd et humide j’ai pas mal trans­pi­ré et j’ai peur d’avoir froid, je mets mes chaus­sures (et oui je les aie 😊), mon casque, je prends mon vélo et je pars, (donc pas de veste), je regrette au bout de 2 mn j’ai froid, je pas­sé devant ce mon­sieur qui s’est noyé les gars sont tou­jours sur le mas­sage car­diaque et les pom­piers tou­jours pas là, ça me refroi­dis, je conti­nue et j’essaie de né plus y pen­ser.

article recommandée :  Triathlon M & Duathlon de Chantilly

10 kms je me suis réchauf­fé et je sens que j’ai des jambes je roule tout va pour le mieux je me sens bien ,

20 kms 1ère cote je l’avais pas pré­vu celle-là , un gars me dit c’est l’échauffement ☹ ah ok on conti­nue sur un par­cours un val­lon­né 

40 kms la fameuse cote annon­cé (ça piqué , pour ceux qui ont fait le tri Deau­ville la 1 ère cote et ben c’est dans le style ) beau­coup mettent un pied à terre, j’en suis pas loin j’hésite et je me dis non vas‑y fais toi mal , ça pas­sé, là on attaque les des­centes

45ème kms des contrac­tures dans les mol­lets sur­ement dû à la cote d’avant, je com­mence à avoir froid dans les des­centes , on conti­nue sur du val­lon­né mais je suis en forme et je sais que les 30 der­niers kil sont plats et rou­lants.

50 kms env en fin de des­cente sur les pro­lon­ga­teurs un mec ouvre sa voi­ture et un chien en des­cend en cou­rant je l’évite je né sais pas com­ment je suis à plus de 50 km/h je sais que der­rière il y a un petit groupe, j’entends hur­ler je me redresse, regarde der­rière et par miracle tout le monde a évi­té le chien. Je reprends mes esprits, ah et du coup j’ai plus froid !

Le plat arrive, je roule mais c’est très rou­lant je regarde le comp­teur je suis entre 35 et 36 il reste 30 bornes est ce que ça va tenir comme ça ? je me sens bien , j’arrête de regar­der le comp­teur et je fais au fee­ling, je roule j’ai remon­té beau­coup de monde depuis le début mais que des tri­ath­lètes, je conti­nue dans ma lan­cée, une frin­gale ! merde il reste 10 bornes et j’ai plus rien à man­ger , je décide de ralen­tir pour éco­no­mi­ser un peu de force, on arrive dans les 5 der­niers kms et j’ai de plus en plus faim, j’espère juste qu’il y a un ravi­to juste après T2, car les ravi­tos se font rares sur la course, la pluie reviens sur les der­niers km de vélo, on va pas se plaindre elle nous a lais­sé tran­quille tout le long, j’arrive au parc je vois ma femme ça fait du bien et elle sou­la­gée de me voir arri­ver, je pose le vélo je regarde vite fais mon comp­teur 90kms 2h55 31km/h de moyenne, j’ai le sou­rire.

article recommandée :  Triathlon XL EDF Vercorsman

Je pars pour CAP2, je sors du parc miracle un ravi­to, un peu de saint Yorre 2, 3 mor­ceaux de pas­tèques (ça fait du bien) et c est par­tis pour 10 kms, je me sur­prends les jambes répondent plu­tôt bien, le soleil fait son appa­ri­tion il nous plombe,2km…3km…4km… 5km…je suis moins rapide que Cap 1 mais je garde l’allure, putin mais il est ou ce ravi­to ?

Ça y ai-je le vois entre le 5 et le 6 enfin ! re saint yorre, pas­tèque, je repars petit casse patte ma vitesse dimi­nue mon car­dio monte, j’arrive en haut j’ai du mal à relan­cer je me dis tan­pis ça tient comme ça il reste 3kms j’ai un peu de mal le soleil me finit, ah une petite des­cente ça me per­met de relan­cer la machine, il reste 1 kms j’accélère un peu et voi­là la ligne d’arriver j’ai des fris­sons par­tout ça fait du bien de repas­ser cette ligne. 

Je fini CAP 2 en 54’54 10,9km/h de moyenne 

Et un finish en 4h45 et même pas mort, vrai­ment pris du plai­sir à par­tir du vélo 

Duathlon de Gravelines : Duathlon 111
Et encore de la Saint-Yorre, il n’y avait même pas de bière à l’arriver ☹

Mer­ci à ma femme et mes enfants qui m’ont pous­sé quand je n’avais pas envie de m’entrainer, sur les cap longues ils pre­naient leurs vélo pour me suivre, mer­ci aux amis du club avec qui j’ai pu par­ler de mes angoisses ça sou­lage 

Et mer­ci à Michel pour ce coa­ching au top 

PS : le mon­sieur qui s’est noyé était un Belge de 47 ans il était dans les der­niers nageurs il a fait un malaise car­diaque et n’a mal­heu­reu­se­ment pas pu être réani­mé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *