fbpx

Fai­sons connais­sance avec Ayme­ric…

Peux-tu te pré­sen­ter à ceux qui né te connaissent pas ? 
Je m’appelle donc Ayme­ric, 29 ans, je tra­vaille à la bri­gade flu­viale à Paris. Pour qui né l’aurait pas consta­té sur Stra­va, je suis ori­gi­naire de Nice ! Nageur à l’origine, je me suis mis au tri­ath­lon en 2014.

Com­ment as-tu décou­vert le tri­ath­lon ? com­ment as-tu connu l’Astre Creillois ? Tu avais par­ti­ci­pé au sélec­tif D3 avec Antoine et Alex sur une dis­tance sprint, c’était l’occasion ou tu pré­fères vrai­ment le long ?J’ai donc com­men­cé par la nata­tion depuis tout jeune, et notam­ment beau­coup d’eau libre à l’époque. Mon club, la Semeuse Nata­tion, a tou­jours tenu un stand ravi­taille­ment sur l’Iron­man Nice ( et même le 70.3 Mona­co ! ). C’est sûre­ment ain­si que j’ai été piqué par le virus tri­ath­lon!
En arri­vant dans l’Oise fin 2016, je né connais­sais aucun club du coin ( excep­té Beau­vais par ses élites à l’é­poque). Je me suis alors rap­pro­ché du club le plus proche de chez moi, l’Astre, et le contact avec Seb avait été très bon. Je n’ai donc pas hési­té un ins­tant.
Effec­ti­ve­ment, j’avais par­ti­ci­pé à une D3. Même si le ratio nata­tion me per­met d’avoir des résul­tats cor­rects sur S et M, c’est vrai­ment le long que j’aime.

Tu avais pla­ni­fié une grosse sai­son de full cette année, Alps­man, Iron­lakes, com­ment as-tu géré avec cette crise sani­taire ?
Je suis quelqu’un d’assez opti­miste! Alors j’ai conti­nué à m’entraîner autant que pos­sible en atten­dant que les courses arrivent/s’annulent. Je pro­fi­tais de l’heure de sor­tie quo­ti­dienne pour cou­rir. Énor­mé­ment de home trai­ner aus­si ( petite pen­sée à ceux qui me disait être fou de faire autant de HT, que ça né ser­vait à rien… et qui durant le confi­ne­ment ont ins­tal­lé Zwift et font la même !)

Com­ment t’entraines-tu ? (Une semaine type par exemple), tu tra­vailles avec des horaires déca­lés, tou­jours en vadrouille pour t’entrainer ? À cher­cher le d+ dans l’arrière pays niçois ou à nager dans la seine autour de l’île saint-louis ?
J’ai un cycle de tra­vail par­ti­cu­lier, alter­nant jour et nuit, semaine ou week-end. Je m’adapte donc au quo­ti­dien. J’essaye de nager 2 fois, cou­rir 3 fois et rou­ler autant que pos­sible 😛.
Si j’ai la pos­si­bi­li­té de nager en Seine au tra­vail, je le fais donc ! J’adore rou­ler, c’est un avant tout par plai­sir ! Donc faire 6/7h de vélo dans l’arrière-pays niçois né me pose aucun sou­cis. Par contre, faire des séries/intensités, ce n’est vrai­ment pas mon truc. 

article recommandée :  Interview de Florent, spécialité Embrunman

Quels sont les 3 tri­ath­lons que tu recom­mandes ? 
Dur à dire, j’ai ado­ré l’ambiance géné­rale du chtri­man.
Embrun­man, c’est clai­re­ment LA course à mes yeux : l’ambiance, le pla­teau très rele­vé, le par­cours…
Le half de Beau­vais (qui fait aus­si un S et M le same­di ). Orga­ni­sa­tion irré­pro­chable, ambiance top, prix d’inscription imbat­table, et c’est à côté ! Vous l’aurez com­pris, je suis plus course locale que gros logo rouge. (Mais Nice, ça reste mon chez moi, alors je le cite éga­le­ment pour la beau­té du par­cours).

Tu envi­sages quelles courses pour 2021 ? Un objec­tif ?
J’hésite encore. French­man pour battre mon record sur full dis­tance. Ou l’Altri­man car c’est vrai­ment ce genre de défi que j’aime!

As-tu quelque chose à ajou­ter ?
Osez! Il vaut mieux essayer au ris­qué d’échouer, que de regret­ter de né pas avoir ten­té !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *