fbpx

Mara­thon du lac d’Annecy 2024

Marathon d'Annecy 2024
Petit compte ren­du de la course de Nico­las à Anne­cy avec son his­toire de voi­sins…

Comme beau­coup de courses que j’ai faites, l’inscription au mara­thon se fera sur un défi.

Décembre 2023, juste avant Noël, mes anciens voi­sins qui ont démé­na­gé à Tou­louse me demandent ce que je fais le 14 avril 2024… qu’est ce que c’est que cette ques­tion ?
“On veut faire le mara­thon du lac d’Annecy et on veut le faire avec toi!”

Mince, faut pas trop me pous­ser sur ce genre de chal­lenge. 🙂
Démar­rer l’année par une pré­pa mara­thon et cou­rir avec les copains, je suis chaud patate.
Un petit coup de fil au coach, le mara­thon de Deau­ville 2021 à été bou­clé en 3h15 30”, j’aimerai amé­lio­rer ce chro­no. Je viens d’améliorer mon temps sur le 10km d’Attichy en 38’45. Il est déci­dé de ten­ter 3h05.

La pré­pa com­mence et je décide de tout faire pour atteindre l’objectif de 3h05; je pré­vois 2 rdv chez l’ostéo sur les 3 mois et demi de pré­pa­ra­tion, et d’avoir une approche dié­té­tique plus adap­tée pour l’épreuve. Je bosse en 3x8, et je sens que les chan­ge­ments né faci­litent pas la récup. Je suis fati­gué et je récu­père mal; les grosses séances de février et mars me montrent que j’ai du mal à tenir le rythme pré­vu. Le temps pour­ris de l’hiver n’aide pas à gar­der le moral, il pleut, il fait froid et il y ce vent…qui use le bon­homme et le moral. Il né reste que 15 jours, der­nier rdv avec l’ostéo, il me remet d’équerre comme il peut. Der­nière ligne droite et les grosses séances né passent pas; je né peux pas gar­der l’allure
pré­vue. On ver­ra bien.

article recommandée :  Triathlon de Beauvais, format M, compte rendu :

La des­cente vers Anne­cy :

J’ai choi­si de prendre du monde en bla­bla­car, je n’ai jamais fait cela, mais quitte à des­cendre sur Anne­cy, autant en faire pro­fi­ter du monde et me faire payer une par­tie du tra­jet; et fran­che­ment ça fonc­tionne bien.

J’arrive le same­di, veille de course, je retrouve mes amis. Nous allons ensemble récu­pé­rer les dos­sards, nous ren­trons à l’appartement pré­pa­rer les affaires pour le len­de­main, un bon repas, un gros dodo et nous sommes le 14 avril.

Un bon petit déjeu­ner et on se dirige vers la ligne de départ. Je ver­rai bien si mon ali­men­ta­tion de la semaine avant course et mes choix sur le petit déjeu­ner et ma stra­té­gie nutri­tion sur la course seront payante.

Nous sommes 4500 au départ, je me place dans le sas 3h / 3h30, le temps est idéal et il fait bon à 8h30, ce qui veut dire qu’il va faire chaud… Le spea­ker fait son show, j’ai l’impression d’être au départ d’un Iron­Man, les gens sont heu­reux et tout le monde joue le jeu du spea­ker, c’est chouette. et PAF!!!!

Le départ est don­né et c’est le bor­del. Le départ est don­né sur une ave­nue mais au bout de 500m, on arrive sur la voie verte, c’est l’embouteillage mons­trueux !!!!!!! Nous sommes qua­si­ment à l’ar­rêt, il fau­dra 5km pour que le flux soit plus libre et que je puisse me mettre sur la bonne allure, mais j’ai déjà du retard…

La voie verte est agréable, le par­cours est chouette et le pano­ra­ma est sublime. D’après l’orga, le D+ est seule­ment de 90 m, il s’agit d’un aller-retour le long du lac. Les kilo­mètres s’enchainent bien, je res­pecte le plan pré­vu, avec gel et eau à volon­té. Je suis entre le 18 et le 19ème kilo­mètres quand les 3 pre­miers sont déjà sur le retour.

article recommandée :  CR Swimrun de Beauvais

Le semi est ava­lé en 1h34, je suis confiant, tout va bien, et même si je suis en retard, c’est pas grave; je né change pas mon allure. Pas­sage au 25ème; bizar­re­ment ça se com­plique, j’ai mal aux cuisses, mon allure ralen­tit aus­si vite que la tem­pé­ra­ture grimpe. Pas­sage au 30ème: aie aie, plus que 12km, mais ça devient long, la bonne nou­velle c’est que les gars devant moi sont en train d’exploser, les uns après les autres. Je suis tou­jours entou­ré du même groupe de 5 cou­reurs depuis près de 20km, on s’encourage pour main­te­nir le rythme, plu­tôt bonne ambiance ce mara­thon.

Pas­sage au 35ème: j’ai encore ralen­tis, et là je regarde ma montre et com­mence à faire mes cal­culs pour ren­trer en moins de 3h15. Pas­sage au 39ème: le meneur d’allure du 3h15 me dépasse!!! Merde!!
Je reprends mes cal­culs! il est en avance !! et effec­ti­ve­ment il rentre en 3h10 d’après les infos que j’ai eu !! Mais il m’a fait peur sur le coup.
Pas­sage au 40ème: me revoi­là dans le centre ville, la foule est dense et crie comme sur une arri­vée d’IronMan; je tire 3 mecs depuis plus de 10km, on fini­ra ensemble les 2 km res­tants. La ligne d’arrivée est au bout de la ligne droite; plus que 200m; pas­sage de la ligne d’arrivée en 3h14 50”.
Plus qu’ à attendre les copains qui arri­ve­ront en 4h10; 4h30 et 5h.

Bilan miti­gé : je n’ai pas réus­si à tenir l’allure pré­vu, mais faut pas se cacher que dès la pré­pa, je savais que ça coin­ce­rait; par contre je tire du posi­tif car j’ai quand même bat­tu mon RP sur semi en 1h34 et que j’ai amé­lio­rer mon RP sur mara­thon.

article recommandée :  Triathlon à Aiguebelle - 74
On voit l’ar­ri­vée de Nico­las sur la vidéo à 3H23