fbpx

L’in­ter­view confi­né de Chris­telle

Bon­jour à tous, je m’ap­pelle Chris­telle et j’ai 30 ans. Je suis en couple avec Aléxis, et nous n’a­vons pas d’en­fant. 
Suite à une muta­tion pro­fes­sion­nelle, nous vivons tem­po­rai­re­ment sépa­rés géo­gra­phi­que­ment, lui a vitré en Bre­tagne moi à Ver­be­rie. 

Après 6 mer­veilleuses années dans l’ar­mée de l’air, où j’é­tais inter­prète image dans les ren­sei­gne­ments à la base aérienne de Creil, j’ai vou­lu me recon­ver­tir. J’ai donc pas­sé le concours infir­mier, et c’est comme ça que je suis deve­nue infir­mière de nuit aux urgences de Lari­boi­sière, un hôpi­tal pari­sien. Je suis aus­si pom­pier volon­taire au centre de secours de Pont Sainte Maxence. 

Pour­quoi le tri­ath­lon ? 
Ça a com­men­cé par un délire à la caserne, avec le chal­lenge pom­pier sur le tri d’At­ti­chy ! On a mon­té une petite équipe pour rigo­ler, et enfaîte j’ai ado­ré ! On a conti­nué à s’ins­crire sur dif­fé­rents tri­ath­lons pour par­ta­ger des moments cohé­sions. 

Com­ment as-tu connu l’Astre ?
Après 2 années de par­ti­ci­pa­tion à des tri­ath­lons sans club, j’ai eu envie de pro­gres­ser mais seule c’est com­pli­qué. Je me suis donc licen­ciée au club de Com­piègne. Mais le “fee­ling” n’est pas pas­sé… Étant débu­tante je n’y ai pas trou­vé ma place ! Et au der­nier tri­ath­lon de Beau­vais, sur le M, 2 par­ti­ci­pants m’ont encou­ra­gé !! Non non ce n’é­tait pas Com­piègne…
Mais bien 2 licen­ciés de l’astre !! J’ai ado­ré cet esprit, je me suis ren­sei­gnée sur le club et j’ai ten­té une muta­tion !! 

Qu’attends tu d’un club ?
J’at­tends un esprit de cohé­sion, de par­tage. Même si ce sport pas­sé for­cé­ment par un tra­vail et une moti­va­tion per­son­nelle impor­tante, je pense que pour pro­gres­ser et per­sé­vé­rer il faut être bien entou­ré. Les conseils et les entraî­ne­ments sont essen­tiels, pour une débu­tante comme moi, pour diver­si­fier mes entraî­ne­ments, pro­gres­ser et aug­men­ter les fré­quences de mes sor­ties. Seule c’est bien mais à plu­sieurs c’est plus moti­vant ! Et j’a­voue que ça per­met par­fois de se mettre un coup de pied aux fesses.… Quand tu as la flemme ça motive de sor­tir t’en­traî­ner en rejoi­gnant du monde ! Et si en plus tu peux rigo­ler un peu.… C’est tout bénef !!! 
Et l’i­dée c’é­tait sur­tout d’être entou­rée pour pré­pa­rer mon pre­mier half.… (cadeau fou pour mes 30 ans…) inutile de vous dire que je suis dépi­tée.….… Le covid a tué mes pro­jets et mes espoirs !!

Tu as une pro­fes­sion ou tu es très expo­sée actuel­le­ment, parle nous un peu de ton quo­ti­dien ?
Mon quo­ti­dien est dif­fi­cile en ce moment je né vais pas vous le cacher ! On accu­mule beau­coup de fatigue phy­sique et psy­cho­lo­gique. Je vie des choses qui me mar­que­ront à vie… 
Mais cette crise aura per­mis de créer de la soli­da­ri­té et ça c’est magique… Et ça fait vrai­ment chaud au cœur !! 
Mais du coup.… Pas le moral à m’en­traî­ner… Mon quo­ti­dien se résume à bosser…manger…dormir.… La honte !! (je finie quand même cette inter­view ou je suis radiée ?!)

As-tu quelque chose à ajou­ter ?
Une ques­tion pour des expé­ri­men­tés comme vous.… Pen­sez vous que j’a­ban­donne mon pro­jet half ? Ou il reste une chance de le finir, avec un entraî­ne­ment inten­sif de qua­li­té de 4 mois ?! Pas de chro­no hein.… Vu les condi­tions de cette année déjà le ter­mi­ner serai un beau chal­lenge… Et me per­met­trai de prendre une revanche sur ces 3 mois de galère.… 
Je lance donc un appel, si quel­qu’un croit au pro­jet… Et se sent capable de coa­cher un cas déses­pé­ré comme moi pour m’ac­com­pa­gner à la ligne d’ar­ri­vée de vichy.… Écri­vez moi !!
Le confi­ne­ment per­met de trou­ver du temps pour réflé­chir à un plan d’en­traî­ne­ment de l’ex­trême

article recommandée :  Faisons connaissance avec Jeremy...