fbpx

3 astres aux Tri­ath­lon des Moines !

Tri­ath­lon M de Four­mies (62)

Le compte-ren­du de Nutel­la (Renaud)

3 Astres au Tri­ath­lon des Moines sur la dis­tance Olym­pique

Same­di 12 juin avait lieu le Tri­ath­lon M de Four­mies. Enfin ! un Tri­ath­lon ! Plu­sieurs Astre étaient ins­crits, nous serons fina­le­ment 3 au départ Michel F. Bru­no M. et moi. Comme sou­vent pour moi le tra­jet sera effec­tué en covoi­tu­rage avec Arno de Com­piègne Tri­ath­lon avec qui j’avais déjà voya­gé lors de ma der­nière course le 20 sep­tembre 2020 à Madine.

Cette course sera par­ti­cu­lière car suite à une prise de conscience sur ma condi­tion phy­sique au TVO 2019 (Mer­ci Séb pour la pho­to à l’origine de ce déclic !), j’ai enta­mé un chan­ge­ment dans mon ali­men­ta­tion et com­men­cé à perdre du poids, je suis donc pas­sé de 96 kgs en 2019 à 88 kgs en 2020 mais il man­quait quand même quelque chose d’essentiel à la pra­tique du sport dans de bonnes condi­tions : L’ Entrai­ne­ment !

L’achat d’un home trai­ner fin octobre 2020 me per­met­tra de débu­ter l’entrainement avec l’application Zwift mais pas for­cé­ment seul grâce aux sor­ties vir­tuelles orga­ni­sées par le « coach » Bru­no. En chiffre cela donne avant cette 1 ère course depuis novembre 2020, 6000 kms de vélo presque tota­le­ment sur home trai­ner, 650 kms de CAP dont 580 depuis jan­vier 2021 et 17 kms de nata­tion depuis fin mai et la reprise à la base de Saint-Leu.

La course se déroule donc à Four­mies, la nata­tion se fait dans un plan d’eau bor­dé de forêt, l’eau est sombre, on né voit rien, nous sommes envi­ron 300 et la pre­mière bouée à contour­ner se trouve à envi­ron 200 mètres il va être dif­fi­cile de né pas prendre de coups, il y aura 2 tours à effec­tuer avec une sor­tie à l’australienne. J’ai choi­si de me mettre à l’extérieur pour évi­ter la bas­ton et essayer de nager sans gêne. La nata­tion se déroule comme pré­vu en 24.38 pour 1270 mètres ce qui cor­res­pond à mon niveau actuel.

Pour la tran­si­tion comme d’habitude je vais être assez lent le temps de mettre mes chaus­settes de boire un coup, de man­ger un bout de barre éner­gé­tique, de mettre ma cein­ture porte dos­sard, mes lunettes de vélo, mon casque et mes chaus­sures vous voyez bien que c’est long ! Mais le plus impor­tant c’est que Bru­no est arri­vé dans le parc envi­ron 40 secondes après moi je suis sur­pris de le voir car je m’attendais à être plus en avance sur lui avec sa pho­bie de l’eau et en plus il repart avant moi sur le par­cours vélo.

A peine sur le vélo il y a une bosse à pas­ser j’ai Bru­no en visuel et je vois qu’il démarre très fort du coup je fais la même chose et on se retrouve côte à côte à rou­ler fort il y a 3 autres gars avec nous et cha­cun pas­sé devant ou recule selon la pente nous fai­sons notre maxi­mum pour res­pec­ter les dis­tances et dou­blons pas mal de de vélos c’est du grand n’importe quoi il y en a par­tout sur la chaus­sée et il faut faire la police pour pou­voir pas­ser cer­tains concur­rents.
En haut d’une bosse j’essaye de faire un écart pour me déta­cher du « groupe » et aus­si tes­ter mes nou­velles capa­ci­tés (petite pré­ci­sion au matin de la course mon poids et de 79 kgs, Avec comme j’aime ! le tri­ath­lon !). J’enchaine  en accé­lé­rant dans la des­cente alors que jusque-là je né rou­lais pas en des­cente et me conten­tait de res­ter au contact de mes 4 com­pa­gnons de route.

Me voi­là dans la des­cente en train de dou­bler d’autres concur­rents je suis à presque 60 à l’heure quand d’un coup je vois une flèche au sol indi­quant qu’il faut tour­ner à gauche en angle droit pour prendre une petite route alors que je pen­sais que nous allions pour­suivre sur notre voie par un grand virage à droite. Du coup je bloque les freins et pivote pour par­tir en déra­page afin d’ essayer de négo­cier le chan­ge­ment de direc­tion,  je ter­mine mon déra­page dans le bas-côté et par­vient à reve­nir sur la route sans tom­ber et sur­tout sans avoir fait tom­ber les autres, je ver­rai par la suite sur  les don­nées de mon comp­teur que je suis pas­sé de 60 kms/h à 15 kms/h en 6 secondes, je suis sur­tout pas­sé tout proche de la gamelle. Je suis donc reve­nu sur la route je relance en dan­seuse sur une petite bosse très courte et dans la des­cente qui suit je sens ma roué arrière qui chasse dans tous les sens.

article recommandée :  Les Championnats Régionaux 2024 des Hauts de France

La sanc­tion de ma sor­tie de route j’ai cre­vé ! je me mets sur la bas-côté pour né pas gêner, dans ma tête la course est finie je stoppe mon chro­no je suis à mi-par­cours au 19ème km et me dit que je vais attendre la voi­ture balai, cela fait quelques ins­tants que je suis là et je vois Bru­no pas­ser et d’autres bien sûr après une voire 2 minutes je me décide à répa­rer ma roué je démonte, je change ma chambre à air, remet mon pneu sur la jante et au moment de gon­fler impos­sible d’utiliser ma pompe car l’embout est coin­cé, la poisse conti­nue, pas mal de concur­rents me sou­haite bon cou­rage c’est sym­pa mais ça né change rien à ma situa­tion. Je remets quand même ma roué en posi­tion sur le vélo ça sera plus pra­tique pour le dépla­cer. Au bout d’un long moment un par­ti­ci­pant me demande si j’ai besoin d’aide je lui dit qu’il me faut une pompe, gen­ti­ment il s’arrête et me prête la sienne grâce à ce bon sama­ri­tain  dos­sard 260 je vais pou­voir finir la course et me tes­ter sur la par­tie CAP, la 2ème par­tie du vélo se pas­sé cor­rec­te­ment, elle me don­ne­ra la pos­si­bi­li­té de dou­bler Michel mais aus­si mon sau­veur et quelques autres, mais je suis moins rapide 33.2 de moyenne en par­tie car il n’y a plus l’émulation avec Bru­no.

Au moment de mon arrêt cre­vai­son j’étais à 36.4 de moyenne au final mon vélo sera effec­tué en 1h16.37 avec la cre­vai­son mais mon temps de dépla­ce­ment indi­qué par mon comp­teur est de 1h05.03 pour 37.69 kms soit 34.8 de moyenne sans la cre­vai­son avec 385 de D+.

La tran­si­tion vers la CAP se fait tran­quille­ment je bois, je mange une pom­pote, met ma cas­quette Iron­juw et c’est par­ti je né sais pas trop si je vais pou­voir cou­rir j’ai bien rou­lé et redoute des crampes mais je pense avoir gar­dé des res­sources. Je pars cal­me­ment et constate que ça va bien du coup j’accélère mon rythme le par­cours est prin­ci­pa­le­ment en forêt sur 2 tours mais il com­porte des mon­tées et des­centes qui font bien mal aux jambes mais peu importe, il y aura 100 mètres de D+ sur les 9700 de par­cours mon temps est de 48.20 ce qui est plu­tôt satis­fai­sant puisque mon meilleur temps au 10k cette année est de 45 minutes. Au final je ter­mine en 2h37.30 très content de ma course mal­gré les péri­pé­ties, ma montre me per­met de connaitre mon temps sans tenir compte de la cre­vai­son 2h24.24.

L’Af­ter-Course à la Fri­te­rie de l’é­tang des Moines de Four­mies

L’après course se pas­sé en ter­rasse avec Bru­no et les com­pié­gnois avec une bière et un amé­ri­cain frites, ça aus­si ça fai­sait long­temps ! Impa­tient de par­ti­ci­per à la pro­chaine course le L de  Eper­nay le 4/7  avec pas mal d’Astre Creillois ins­crits et conti­nuer la pré­pa­ra­tion pour l’Ironman Vichy le 22/8. A noter qu’il y a quand même un gros point néga­tif sur cette jour­née avec le vol du vélo d’une fille de Com­piègne sur son porte vélo de voi­ture mal­gré qu’il soit cade­nas­sé, cela est arri­vé pen­dant qu’elle regar­dait notre course.

Bonne lec­ture. Nutel­la

CR du Tri­ath­lon des Moines de Four­mies by Bru­no

Sur le papier, cette année, le tri­ath­lon des Moines, c’est l’un des pre­miers tri­ath­lons a avoir lieu en France en 2021. Grosse jour­née en pers­pec­tive avec 5 courses au pro­gramme… plus de 800 tri­ath­lètes, car en plus du Tri­ath­lon Olym­pique à 16H, le matin, c’est le sélec­tif France Jeunes en tri­ath­lon pour nos jeunes Astres, à 13H la demi-finale D3 Tri­ath­lon Hommes & Femmes. (Pas d’é­quipe d’ins­crite, mais je me ferais une idée du niveau et du dérou­le­ment de la course).
Pour moi, c’est sur­tout la pos­si­bi­li­té de mettre un dos­sard avant le 70.3 des Sables et si je dois faire des erreurs… autant que ce soit aujourd’­hui…

article recommandée :  5 conseils pour bien préparer le triathlon de Choisy au Bac

Qu’est-ce que que c’est com­pli­qué de faire un sac de tri­ath­lon Post-Covid… plus l’ha­bi­tude… par contre, c’est bien agréable d’a­voir une course un same­di en fin d’a­près-midi… sauf que Four­mies c’est à 8km de la fron­tière belge… à 20min de Chi­may (c’est bon, tu situes la 🍺). J’ai tou­jours des pro­blèmes pour conduire, j’é­vite les grands axes, pont, via­duc etc.… Je pas­sé par les petites routes… je pen­sais rou­ler à tra­vers les champs tran­quille­ment… je me retrouve limite en cours d’his­toire… période 14–18… Pre­nez à droite… Ave­nue Géné­rale De Gaulle… tout droit sur la route de la libé­ra­tion… entre les noms de rue, les cime­tières mili­taires à perte de vue… les sépul­tures.… suis en plein “devoir de mémoire” des anciens com­bat­tants… en plus… la météo… c’est pas ça… un cra­chin… il fait gris… je suis pas loin de dou­bler le Ser­gent-chef Chau­dard, qui marche sur le bord de la route, accom­pa­gnés des sol­dats Pithi­vier & Tas­sin … je me vois déjà arri­ver à Four­mies… en criant que j’a­vais retrou­vé la 7ème Com­pa­gnie… 🤦🏻‍♂️

Après plus de 3 heures de route, j’ar­rive enfin… enfin juste pour le départ de la D3 hommes… à la base… je vou­lais arri­ver sur la fin des jeunes & voir la glo­ba­li­té de la D3… bref c’est comme ça… le seul truc que je né sais pas encore… c’est que j’au­rais lâché du jus durant le tra­jet avec mes crises d’an­goisse… Je tombe rapi­de­ment sur Nutel­la, Seb et les jeunes… déjà sur place depuis la veille pour Seb et le matin pour Nutel­la.

Le retrait des dos­sards
Se voir offrir une bois­son de récu­pé­ra­tion hou­blon­née “locale”, c’est tou­jours ça de pris même si je né bois qua­si­ment plus d’al­cool… (Update Juillet – la bou­teille est encore pleine).
La course, je sais juste qu’il y a une mon­tée dés le départ… que l’é­tang des Moines n’est pas très grand, l’eau est jau­nâtre… qu’il y a de beaux spé­ci­mens en terme de pois­sons… que le par­cours CAP est sym­pa en forêt et joueur.…
L’ob­jec­tif en nata­tion est de né pas avoir de crises d’an­goisses, le vélo, j’ai simu­lé ma course sur BBS, donc je connais déjà mon chro­no à la minute près, pour la cap, je vou­lais juste cou­rir sans mar­cher… le but est de m’en­trai­ner dés le len­de­main…

Je fais la queue pour ren­trer dans le parc à vélo, avec Cédric de Chan­tilly Tri­ath­lon (il par­ti­cipe éga­le­ment au 70.3 des Sables)… Seb fait la pro­mo­tion du club en quit­tant les lieux avec la remorque du club… en remon­tant la file d’at­tente pour le parc à vélo… l’am­biance est bonne, je suis déten­du… confiant… je sais ce que j’ai à faire et je vais le faire… Ins­tal­la­tion / pho­to de groupe… on se pré­pare… on se dirige len­te­ment mas­qué vers l’é­tang pour nager un peu… un gars de Beau­vais Tri­ath­lon me dit qu’il y aura pas la dis­tance en nat… il man­qué 100m par tour (la d3 a eu lieu avant).
Suis tel­le­ment déten­du par rap­port au tra­jet en voi­ture… que je né me rends pas compte que le départ sera en Mass Start.… avec le covid.… les tri­ath­lons se sont sur­tout dérou­lés en rol­ling start.… je réa­lise seule­ment en me pla­çant sur le muret.… et en regar­dant les bouées… je me dis que ça va être un champs de bataille… on a 2 tours à réa­li­ser.… je me dis c’est bon… les gens n’ont pas nager… ça va le faire.… tu parles… on est les uns sur les autres… impos­sible de pla­cer sa nat… je prends des coups à chaque coup de bass… j’en dis­tri­bue aus­si… j’es­saie de me faire ma place… je lutte un peu men­ta­le­ment… je perds du jus… suis pas libé­ré… on est trop nom­breux… bref… 25 minutes plus tard… content d’en finir et de né pas avoir la dis­tance.… je sors 35 secondes der­rière Renaud.…

En sor­tant de l’eau… je me rends compte qu’il y a encore du monde der­rière… mais Cédric et Renaud me pré­cé­dent dans le parc à vélo… en reti­rant la com­bi­nai­son… début de crampe aux qua­dri­ceps… ça me per­turbe un peu.… je mets ça sur le stress de la route et de la nata­tion… c’est trop tard… pour faire quelque chose… je me rends compte que j’ai pas pris mes pas­tilles anti-crampe (c’é­tait l’oc­ca­sion de tes­ter, mais il aurait fal­lu aus­si en prendre avant la nata­tion).

On échange un peu pen­dant la tran­si­tion car on est regrou­pé par club… Renaud prends son aise à la t1, Michel arrive, Cédric est prêt à repar­tir… c’est par­ti pour le bike… pre­miers tours de mani­velle… décharge élec­trique qui me rap­pelle à l’ordre sur un début de crampes.… en bas de la 1ère bosse.… ça m’é­nerve… je né sais pas quoi faire… je choi­sis de rou­ler comme pré­vu aux watts… et de voir ce qu’il se pas­sé avec ces alertes… c’est peut être qu’une infor­ma­tion…

article recommandée :  2 triathlons pour le prix d'un by Nico G

Au moment de reprendre Cédric dans la bosse, Renaud arrive à ma hau­teur… suis sur­pris… je lui lâche “Qu’est que tu fais là”… il me réponds que je suis par­ti fort… qu’il m’a sui­vi.… bon… j’ai des débuts de crampe… j’ai Renaud sur le porte-bagage… ça va par­tir en par­tie de mani­velle à 3… Cédric né rentre pas dans le jeu… je me dis que j’ai un garde fou avec mes watts et BBS… ça roule en paquet… ça com­mence à m’é­ner­ver… car les mecs draftent… on fait la police avec Renaud… à un moment… on lâche l’af­faire… car c’est pas notre rôle… il y a des arbitres pour ça.… Le par­cours de Four­mies… c’est des tobog­gans… à chaque mon­tée… Renaud m’im­pres­sionne… le bougre, il est facile dans chaque coup de cul, je le savais entrai­ner !!!! (car à chaque fois que j’al­lu­mais Zwift… Renaud rou­lait déjà… et sou­vent j’é­tei­gnais avant lui…. ) cou­plé à sa perte de poids… il est bien, ça me motive à perdre le poids qu’il me reste à perdre.…
On se tient à dis­tance… une sorte de prise de relais à dis­tance… je reste concen­trer sur mes watts à pro­duire… j’es­père juste pour lui qu’il sait où il va en terme d’in­ten­si­té.… il a failli par­tir à la faute… devant moi dans un virage… on est à mi par­cours.… je le vois ralen­tir en bas d’un coup de cul.… je né com­prends pas ce qu’il se pas­sé.… il me crie qu’il a cre­vé.…
En temps nor­mal… je me dis que c’est une place de gagner… mais là, ça me chier… il est bien.… c’est pas à la pédale.… c’est sur ennui méca­nique… j’ai vrai­ment les boules pour lui.… cre­ver sur un M… c’est qua­si­ment course finie… ça m’est déjà arri­vé deux fois sur un M.… une fois avec la voi­ture balai… une autre en fai­sant du stop… c’est frus­tant…

Je ter­mine les 38km de vélo à plus de 36km/heure de moyenne, ma simu­la­tion de course m’in­di­quait 1H04, je met­trais 1h02 et 23 secondes… le job est fait… pas de grosses sen­sa­tions… je m’at­tarde pas trop à la tran­si­tion…
L’ob­jec­tif est de cou­rir de A à Z, autant que j’ai de la volu­mé­trie en vélo, autant la CAP, j’ai dû mal… 10km… je né veux pas mar­cher… his­toire d’a­voir un peu de volu­mé­trie pour le semi du 70.3… dans quelques semaines…
ça grimpe dés le départ 🤦🏻‍♂️.… le par­cours en sous-bois est vrai­ment sym­pa… on res­sort pour prendre une piste cyclable (long faux-plat mon­tant)… je cours mais j’a­vance pas… je déteste ce pas­sage… on repasse en sous-bois pour rejoindre le bord de l’é­tang… l’é­quipe fémi­nine D3 de Beau­vais m’en­cou­rage… d’a­voir une tenue club… on est plus sou­vent encou­ra­gé par les autres clubs.… j’en­tends aus­si “c’est un mec du club de Laurent (Sava­reux).

Des mecs com­mencent à mar­cher… je les incite à cou­rir avec moi… c’est con mais moi… ça m’é­vite de mar­cher… “tu né peux pas deman­der à un mec de cou­rir, et toi de mar­cher 10m plus loin…” je fais ce pre­mier tour en ges­tion… le 1er me double dans le long fameux faux plat… je lui sors “Bön cou­rage…” 🤦🏻‍♂️… le mec est en tête… mon deuxième tour sera plus rapide… je ter­mine ce dis­tance olym­pique en 2H29…

L’af­ter-course se fini­ra à la fri­te­rie avec Renaud et les com­pie­gnois.… course que je refe­rais sur­ement.…