fbpx

Le Champ’­man de Chris l’é­pi­cier

Champ'man

Arri­vé sur place le ven­dre­di après une petite nata­tion chez moi, j’ai le temps le same­di de repé­rer les lieux et de refaire une boucle du par­cours vélo. Je retrouve faci­le­ment les auto­ma­tismes de veille de course avec la blinde d’au­to­col­lants. Petit stress de veille de course avec les pré­vi­sions météo fran­che­ment pes­si­mistes. La pluie je n’aime pas sur­tout quand il y a des virages sur le par­cours vélo.…

Réveil assez tôt le dimanche. Pour la pre­mière fois depuis 2016 je prends le départ d’un for­mat half, pre­mier dos­sard depuis Vichy 2019. J’ai rajou­té cette com­pé­ti­tion (mer­ci Nico pour me l’a­voir “sug­gé­rée”) au pro­gramme de 2021 qui est axé sur l’I­ron­lakes de sep­tembre et le BNSSA. L’oc­ca­sion de retra­vailler mes légen­daires tran­si­tions et de retrou­ver l’am­biance des parcs à vélo le matin. Là il est un peu tard par rap­port à l’ha­bi­tude. 9h dans le parc à dis­cu­ter briè­ve­ment avec les copains avant de retour­ner avec Florent à l’ap­part qui est à 200m du départ nata­tion (je n’ai pas trop per­du mon sens de la logis­tique). On se met en tenue à l’ap­part, toi­lettes pri­vées. Oli­vier pour qui c’est le pre­mier tri­ath­lon (en pré­pa pour Nice) me rejoint et on va sur le lieu de départ au der­nier moment (habi­tude que je n’ai pas per­due non plus). Pas de sou­ci pour se pla­cer en pre­mière ligne dans l’eau. Un signal sonore que je per­çois à peine (je vois que je vieillis à cette perte pro­gres­sive de mon ouïe), c’est en fait la mise en marche de la machine à laver qui me fait com­prendre qu’on est lan­cé. Je foire mon allu­mage de Gar­min (pla­ce­ment de pro­duit !!) et nous voi­là lan­cés pour 1900m. Ça tabasse un peu mais j’ai connu pire. Un petit coup de tatane dans mes lunettes puis ça s’é­clair­cit. L’île et le pont qui marquent la fin de la nata­tion sont rapi­de­ment là. C’est moi ou on est allé vite ? Je sors de l’eau aidé par les béné­voles, un coup d’œil à la montre qui affiche l’heure : 25′ après l’heure du départ. En effet c’est allé vite. Offi­ciel­le­ment 23′45″, 21ème temps. Les sen­sa­tions en nata­tion né sont pas mau­vaises grâce à la reprise en bas­sin de 50m à Bel­le­rive. Mais sur­tout un cou­rant favo­rable qui fera nager tout le monde très très vite. J’ar­rive à mon empla­ce­ment je m’as­sieds par terre pour enle­ver ma com­bi et là encore j’ai gar­dé mes bonnes habi­tudes : je galère à l’en­le­ver. David (que je suis tout fier d’a­voir éga­lé en nata­tion) aura le temps d’ar­ri­ver et de repar­tir en vélo avant que je né puisse enfi­ler mes chaus­settes et chaus­sures. Une tran­si­tion de brin donc, du clas­sique. 

article recommandée :  Marathon de Paris

Départ du vélo. Une longue ligne droite de 2kms où je sens que je né suis pas chaud des cuis­sots. Mais de toute façon il né faut pas s’emballer, le pre­mier rai­dar arrive vite. L’oc­ca­sion de rat­tra­per ceux qui m’ont dou­blé pen­dant la tran­si­tion dont David. En arri­vant sur le pla­teau Oli­vier me rat­trape et me double. Je né le rever­rai plus mais c’é­tait pré­vu. Juste le temps de me prendre le bec avec un gui­gnol qui sem­blait avoir déci­dé de suivre la course en voi­ture au milieu des vélos et on arrive dans la pre­mière des­cente. Là je vais perdre beau­coup beau­coup de places tout comme dans la deuxième ou un avion man­qué de s’en­cas­trer dans une voi­ture arri­vant en sens inverse.
Mon moteur die­sel est encore en train de chauf­fer et mon cer­veau est en mode sécu­ri­té. Il sera opé­ra­tion­nel au bout de 25kms. Il n’en reste que 60. La fin du pre­mier tour est rou­lante. Je me sens mieux mais un mec (il y en a tou­jours un que ça amuse) m’an­nonce avant d’at­ta­quer le 2ème tour que je suis 59ème. Un deuxième tour plus inci­sif (mais avec sur­ement trop de ges­tion dans les rai­dars) me per­met­tra bien de dou­bler une dizaine de vélos mais j’ar­rive au parc à vélo (avec la décep­tion de né pas faire un 3ème tour signe que je suis tou­jours for­ma­té Iron) un peu loin pour jouer les pre­miers rôles en vété­ran.

Une tran­si­tion un peu longue avec une concep­tion de parc ori­gi­nale.… Donc comme je l’a­vais envi­sa­gé ce sera une cap dyna­mique au fee­ling mais sans se mettre au car­ton pour pou­voir reprendre les cycles de tra­vail rapi­de­ment. Je né cherche même pas à prendre la fou­lée d’un gars qui me double avec ses Nike Vapo­fly de truand. Pre­mière fois que j’en vois et j’ai l’im­pres­sion qu’il est mon­té sur res­sorts.… Le par­cours est sym­pa, casse patte par ses petits faux plats mais sur­tout par ses pas­sages sur ter­rain en terre ou herbe qui devien­dront instables après la petite averse au milieu du 2ème tour (la seule de toute la course fina­le­ment : on peut tou­jours comp­ter sur météo France et la pré­ci­sion de ses pré­vi­sions !). On croise et double les potes ce qui per­met d’é­chan­ger. Je tien­drai fina­le­ment une allure plus proche de l’al­lure mara­thon que de l’al­lure Iron mais qui me per­met de finir plus vite que je n’ai com­men­cé. Je dou­ble­rai d’ailleurs 9 per­sonnes (dont le kan­gou­rou, comme quoi les chaus­sures né font pas tout) dans le der­nier tour et là encore un tour sup­plé­men­taire n’au­rait pas été de trop alors qu’en 2016 je finis­sais mes half bien cra­mé par le semi. Je retrouve Oli­vier arri­vé 4′ avant moi.

article recommandée :  2 triathlons pour le prix d'un by Nico G

Puis les autres Astres arri­ve­ront au compte-gouttes. 4h36 pour moi avec une nata­tion bien courte et un vélo cor­rect sans plus. L’im­pres­sion de né pas m’être fait assez vio­lence sur cette par­tie (et d’a­voir trop frei­né dans les courbes mais ça c’est un défaut que je trai­ne­rai à vie). La par­tie cap est encou­ra­geante pour mon Iron même si je sais qu’à par­tir du 30ème ça né sera plus aus­si facile. Reste 2 gros mois pour arri­ver à tenir les allures sur le double de dis­tance.
En conclu­sion, une belle épreuve, bien qu’im­pac­tée par les res­tric­tions sani­taires, que j’es­père refaire en 2022 en caté V2 avec beau­coup de per­sonnes du club. Mer­ci aux orga­ni­sa­teurs et béné­voles. Mais pas à celui qui a orga­ni­sé la T2 !  🙂 Heu­reu­se­ment que je né rate pas le podium papy de 30″ je l’au­rais eu mau­vaise.…