fbpx

Le week-end du 20/9 avait lieu plusieurs triathlons à Madine dans la Meuse, un L distance half le samedi, un S le dimanche matin et un M le dimanche après-midi, normalement il était aussi prévu des courses jeunes mais elles ont été annulées.

Pour se rendre à Madine, il y a un peu moins de 300 kms en partant de Compiègne, il faut être attentif pour ne pas perdre de points car il y a une ribambelle de radars sur le trajet. Je ferai le trajet le samedi matin avec Arno Defort et son amie car nous passerons le week end sur place avec une quinzaine de participants pour le Compiègne Triathlon et quelques anciens du club, je serai le seul des Astre ! il y aura aussi Loé (2ème Vétérane sur le M) et Jan de Crépy Triathlon, Tony Baheux vainqueur sur le M, mais aussi Emilie Pereira qui remportera le S chez les filles.

Nutella au top !

Il n y a pas de problèmes pour se loger près du Lac de Madine, notre gite est à 7 kms. Le site de la course est très spacieux et il n’y a pas de problèmes pour se garer. Sur le M il y aura un départ Féminin (50 filles environ au départ) 10 minutes avant celui des hommes (300), la natation se fait en 2 boucles de 750M avec un sortie à l’australienne, le départ se fait du bord de l’eau à la baston pour prendre la première bouée à environ 300M, comme prévu ça cogne pas mal il faudra même attendre le passage de la 2ème  bouée au 450M pour que cela se calme un peu dans l’eau, une fois la sortie à l’australienne passée chacun aura trouvé sa place et le 2ème tour se déroulera tranquillement je ferai 26.47 soit 7 à 8 minutes de moins que habituellement sur cette distance.

Merci à tous pour les conseils lors des entrainements à la base, une transition sur l’herbe fraichement coupée qui se colle partout faite en mode diesel en ce qui me concerne avant d’attaquer le vélo, je roule plutôt bien par rapport à mon niveau actuel sur une route rugueuse avec alternance de faux plats et avec pas mal de vent sur 20 kms environ, mon dérailleur me joue des tours et ma chaine saute toute seule de pignons en pignons en regardant ce qui se passe je me retrouve par 2 fois dans le fossé heureusement sans tomber je continue en utilisant uniquement les pignons qui fonctionnent, jusque-là pas trop de drafting mais à l’approche du km 22 et de la bosse du parcours (elle fait 5kms environ avec un peu plus de 300M de D+) je me fais dépasser par un groupe de 40 tricheurs cela m’a dégouté et j’ai failli arrêter la course, après quelques minutes d’errements je me remet à rouler pour passer la bosse et continuer Ma course à partir du 28ème km le parcours est très roulant et le retour se fait sur la plaque ça tombe bien parce que je suis tout à droite à cause de mes soucis mécaniques au final 42 kms de vélo pour 1h22 et une moyenne de 31 km/h ce que je n’avais pas fait depuis longtemps après la 2ème  transition encore en mode diesel.

Je commence la course à pieds sous une chaleur caniculaire le début du parcours est sur la digue qui longe le lac au début sur des planches puis sur du goudron tout en faux plat montant il n’y a pas d’ombre du tout, la configuration permet de voir les autres participants qui sont sur le retour CAP, au bout de 2 kms environ nous entrons dans un bois (enfin de l’ombre) il a une trace à suivre en descente ou doubler pourrait être délicat (mais je ne suis pas concerné) le sol est abominable des trous et des bosses il faut être très lucide pour garder ses chevilles, heureusement la fin du passage boisé se fait sur chemin plus adapté, à la sortie du bois au 3ème km je pensais trouver un ravito (comme la veille pour les participants du L) mais non rien du tout, que le soleil et la chaleur étouffante, la suite se fait sur un chemin montant constitué de petites pierres et de poussière ce qui accentue la difficulté et assèche un peu plus la gorge puis une route goudronnée avec une petite descente et une nouvelle montée enfin le 1er  tour se termine en 33 minutes, et là miracle il y a une arche avec des douches et un ravito (d’eau) après une petite pause il faut repartir pour un 2ème tour où il fera encore plus chaud seule différence hormis ma baisse d’allure (il me faudra 39 minutes pour ce tour)  un quad de l’orga remonte face à la course et distribue des petites bouteilles d’eau aux participants (au km 8 pour moi) une adaptation de l’orga un peu tardive par rapport aux conditions climatiques et surement parce que pas mal de concurrents ont du râler à leur arrivée mais bon c’est toujours mieux que rien.

Ma course se termine en 3h08 plutôt satisfait de mes « performances » puisque en général je mets 3h30 pour ce type d’épreuve. Une course qui peut convenir pour un déplacement club comme l’a fait le Compiègne Triathlon cette année. Bonne lecture, Nutella.        

La photo-bombe de Nutella avec le club de Compiègne Triathlon

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *