Triathlon des Moines 2021 de Fourmies

3 astres aux Triathlon des Moines !

Triathlon M de Fourmies (62)

Le compte-rendu de Nutella (Renaud)

3 Astres au Triathlon des Moines sur la distance Olympique

Samedi 12 juin avait lieu le Triathlon M de Fourmies. Enfin ! un Triathlon ! Plusieurs Astre étaient inscrits, nous serons finalement 3 au départ Michel F. Bruno M. et moi. Comme souvent pour moi le trajet sera effectué en covoiturage avec Arno de Compiègne Triathlon avec qui j’avais déjà voyagé lors de ma dernière course le 20 septembre 2020 à Madine.

Cette course sera particulière car suite à une prise de conscience sur ma condition physique au TVO 2019 (Merci Séb pour la photo à l’origine de ce déclic !), j’ai entamé un changement dans mon alimentation et commencé à perdre du poids, je suis donc passé de 96 kgs en 2019 à 88 kgs en 2020 mais il manquait quand même quelque chose d’essentiel à la pratique du sport dans de bonnes conditions : L’ Entrainement !

L’achat d’un home trainer fin octobre 2020 me permettra de débuter l’entrainement avec l’application Zwift mais pas forcément seul grâce aux sorties virtuelles organisées par le « coach » Bruno. En chiffre cela donne avant cette 1 ère course depuis novembre 2020, 6000 kms de vélo presque totalement sur home trainer, 650 kms de CAP dont 580 depuis janvier 2021 et 17 kms de natation depuis fin mai et la reprise à la base de Saint-Leu.

La course se déroule donc à Fourmies, la natation se fait dans un plan d’eau bordé de forêt, l’eau est sombre, on ne voit rien, nous sommes environ 300 et la première bouée à contourner se trouve à environ 200 mètres il va être difficile de ne pas prendre de coups, il y aura 2 tours à effectuer avec une sortie à l’australienne. J’ai choisi de me mettre à l’extérieur pour éviter la baston et essayer de nager sans gêne. La natation se déroule comme prévu en 24.38 pour 1270 mètres ce qui correspond à mon niveau actuel.

Pour la transition comme d’habitude je vais être assez lent le temps de mettre mes chaussettes de boire un coup, de manger un bout de barre énergétique, de mettre ma ceinture porte dossard, mes lunettes de vélo, mon casque et mes chaussures vous voyez bien que c’est long ! Mais le plus important c’est que Bruno est arrivé dans le parc environ 40 secondes après moi je suis surpris de le voir car je m’attendais à être plus en avance sur lui avec sa phobie de l’eau et en plus il repart avant moi sur le parcours vélo.

A peine sur le vélo il y a une bosse à passer j’ai Bruno en visuel et je vois qu’il démarre très fort du coup je fais la même chose et on se retrouve côte à côte à rouler fort il y a 3 autres gars avec nous et chacun passe devant ou recule selon la pente nous faisons notre maximum pour respecter les distances et doublons pas mal de de vélos c’est du grand n’importe quoi il y en a partout sur la chaussée et il faut faire la police pour pouvoir passer certains concurrents.
En haut d’une bosse j’essaye de faire un écart pour me détacher du « groupe » et aussi tester mes nouvelles capacités (petite précision au matin de la course mon poids et de 79 kgs, Avec comme j’aime ! le triathlon !). J’enchaine  en accélérant dans la descente alors que jusque-là je ne roulais pas en descente et me contentait de rester au contact de mes 4 compagnons de route.

Me voilà dans la descente en train de doubler d’autres concurrents je suis à presque 60 à l’heure quand d’un coup je vois une flèche au sol indiquant qu’il faut tourner à gauche en angle droit pour prendre une petite route alors que je pensais que nous allions poursuivre sur notre voie par un grand virage à droite. Du coup je bloque les freins et pivote pour partir en dérapage afin d’ essayer de négocier le changement de direction,  je termine mon dérapage dans le bas-côté et parvient à revenir sur la route sans tomber et surtout sans avoir fait tomber les autres, je verrai par la suite sur  les données de mon compteur que je suis passé de 60 kms/h à 15 kms/h en 6 secondes, je suis surtout passé tout proche de la gamelle. Je suis donc revenu sur la route je relance en danseuse sur une petite bosse très courte et dans la descente qui suit je sens ma roue arrière qui chasse dans tous les sens.

La sanction de ma sortie de route j’ai crevé ! je me mets sur la bas-côté pour ne pas gêner, dans ma tête la course est finie je stoppe mon chrono je suis à mi-parcours au 19ème km et me dit que je vais attendre la voiture balai, cela fait quelques instants que je suis là et je vois Bruno passer et d’autres bien sûr après une voire 2 minutes je me décide à réparer ma roue je démonte, je change ma chambre à air, remet mon pneu sur la jante et au moment de gonfler impossible d’utiliser ma pompe car l’embout est coincé, la poisse continue, pas mal de concurrents me souhaite bon courage c’est sympa mais ça ne change rien à ma situation. Je remets quand même ma roue en position sur le vélo ça sera plus pratique pour le déplacer. Au bout d’un long moment un participant me demande si j’ai besoin d’aide je lui dit qu’il me faut une pompe, gentiment il s’arrête et me prête la sienne grâce à ce bon samaritain  dossard 260 je vais pouvoir finir la course et me tester sur la partie CAP, la 2ème partie du vélo se passe correctement, elle me donnera la possibilité de doubler Michel mais aussi mon sauveur et quelques autres, mais je suis moins rapide 33.2 de moyenne en partie car il n’y a plus l’émulation avec Bruno.

Au moment de mon arrêt crevaison j’étais à 36.4 de moyenne au final mon vélo sera effectué en 1h16.37 avec la crevaison mais mon temps de déplacement indiqué par mon compteur est de 1h05.03 pour 37.69 kms soit 34.8 de moyenne sans la crevaison avec 385 de D+.

La transition vers la CAP se fait tranquillement je bois, je mange une pompote, met ma casquette Ironjuw et c’est parti je ne sais pas trop si je vais pouvoir courir j’ai bien roulé et redoute des crampes mais je pense avoir gardé des ressources. Je pars calmement et constate que ça va bien du coup j’accélère mon rythme le parcours est principalement en forêt sur 2 tours mais il comporte des montées et descentes qui font bien mal aux jambes mais peu importe, il y aura 100 mètres de D+ sur les 9700 de parcours mon temps est de 48.20 ce qui est plutôt satisfaisant puisque mon meilleur temps au 10k cette année est de 45 minutes. Au final je termine en 2h37.30 très content de ma course malgré les péripéties, ma montre me permet de connaitre mon temps sans tenir compte de la crevaison 2h24.24.

L’After-Course à la Friterie de l’étang des Moines de Fourmies

L’après course se passe en terrasse avec Bruno et les compiégnois avec une bière et un américain frites, ça aussi ça faisait longtemps ! Impatient de participer à la prochaine course le L de  Epernay le 4/7  avec pas mal d’Astre Creillois inscrits et continuer la préparation pour l’Ironman Vichy le 22/8. A noter qu’il y a quand même un gros point négatif sur cette journée avec le vol du vélo d’une fille de Compiègne sur son porte vélo de voiture malgré qu’il soit cadenassé, cela est arrivé pendant qu’elle regardait notre course.

Bonne lecture. Nutella

CR du Triathlon des Moines de Fourmies by Bruno

Sur le papier, cette année, le triathlon des Moines, c’est l’un des premiers triathlons a avoir lieu en France en 2021. Grosse journée en perspective avec 5 courses au programme… plus de 800 triathlètes, car en plus du Triathlon Olympique à 16H, le matin, c’est le sélectif France Jeunes en triathlon pour nos jeunes Astres, à 13H la demi-finale D3 Triathlon Hommes & Femmes. (Pas d’équipe d’inscrite, mais je me ferais une idée du niveau et du déroulement de la course).
Pour moi, c’est surtout la possibilité de mettre un dossard avant le 70.3 des Sables et si je dois faire des erreurs… autant que ce soit aujourd’hui…

Qu’est-ce que que c’est compliqué de faire un sac de triathlon Post-Covid… plus l’habitude… par contre, c’est bien agréable d’avoir une course un samedi en fin d’après-midi… sauf que Fourmies c’est à 8km de la frontière belge… à 20min de Chimay (c’est bon, tu situes la 🍺). J’ai toujours des problèmes pour conduire, j’évite les grands axes, pont, viaduc etc…. Je passe par les petites routes… je pensais rouler à travers les champs tranquillement… je me retrouve limite en cours d’histoire… période 14-18… Prenez à droite… Avenue Générale De Gaulle… tout droit sur la route de la libération… entre les noms de rue, les cimetières militaires à perte de vue… les sépultures…. suis en plein « devoir de mémoire » des anciens combattants… en plus… la météo… c’est pas ça… un crachin… il fait gris… je suis pas loin de doubler le Sergent-chef Chaudard, qui marche sur le bord de la route, accompagnés des soldats Pithivier & Tassin … je me vois déjà arriver à Fourmies… en criant que j’avais retrouvé la 7ème Compagnie… 🤦🏻‍♂️

Après plus de 3 heures de route, j’arrive enfin… enfin juste pour le départ de la D3 hommes… à la base… je voulais arriver sur la fin des jeunes & voir la globalité de la D3… bref c’est comme ça… le seul truc que je ne sais pas encore… c’est que j’aurais lâché du jus durant le trajet avec mes crises d’angoisse… Je tombe rapidement sur Nutella, Seb et les jeunes… déjà sur place depuis la veille pour Seb et le matin pour Nutella.

Le retrait des dossards
Se voir offrir une boisson de récupération houblonnée « locale », c’est toujours ça de pris même si je ne bois quasiment plus d’alcool… (Update Juillet – la bouteille est encore pleine).
La course, je sais juste qu’il y a une montée dés le départ… que l’étang des Moines n’est pas très grand, l’eau est jaunâtre… qu’il y a de beaux spécimens en terme de poissons… que le parcours CAP est sympa en forêt et joueur….
L’objectif en natation est de ne pas avoir de crises d’angoisses, le vélo, j’ai simulé ma course sur BBS, donc je connais déjà mon chrono à la minute près, pour la cap, je voulais juste courir sans marcher… le but est de m’entrainer dés le lendemain…

Je fais la queue pour rentrer dans le parc à vélo, avec Cédric de Chantilly Triathlon (il participe également au 70.3 des Sables)… Seb fait la promotion du club en quittant les lieux avec la remorque du club… en remontant la file d’attente pour le parc à vélo… l’ambiance est bonne, je suis détendu… confiant… je sais ce que j’ai à faire et je vais le faire… Installation / photo de groupe… on se prépare… on se dirige lentement masqué vers l’étang pour nager un peu… un gars de Beauvais Triathlon me dit qu’il y aura pas la distance en nat… il manque 100m par tour (la d3 a eu lieu avant).
Suis tellement détendu par rapport au trajet en voiture… que je ne me rends pas compte que le départ sera en Mass Start…. avec le covid…. les triathlons se sont surtout déroulés en rolling start…. je réalise seulement en me plaçant sur le muret…. et en regardant les bouées… je me dis que ça va être un champs de bataille… on a 2 tours à réaliser…. je me dis c’est bon… les gens n’ont pas nager… ça va le faire…. tu parles… on est les uns sur les autres… impossible de placer sa nat… je prends des coups à chaque coup de bass… j’en distribue aussi… j’essaie de me faire ma place… je lutte un peu mentalement… je perds du jus… suis pas libéré… on est trop nombreux… bref… 25 minutes plus tard… content d’en finir et de ne pas avoir la distance…. je sors 35 secondes derrière Renaud….

En sortant de l’eau… je me rends compte qu’il y a encore du monde derrière… mais Cédric et Renaud me précédent dans le parc à vélo… en retirant la combinaison… début de crampe aux quadriceps… ça me perturbe un peu…. je mets ça sur le stress de la route et de la natation… c’est trop tard… pour faire quelque chose… je me rends compte que j’ai pas pris mes pastilles anti-crampe (c’était l’occasion de tester, mais il aurait fallu aussi en prendre avant la natation).

On échange un peu pendant la transition car on est regroupé par club… Renaud prends son aise à la t1, Michel arrive, Cédric est prêt à repartir… c’est parti pour le bike… premiers tours de manivelle… décharge électrique qui me rappelle à l’ordre sur un début de crampes…. en bas de la 1ère bosse…. ça m’énerve… je ne sais pas quoi faire… je choisis de rouler comme prévu aux watts… et de voir ce qu’il se passe avec ces alertes… c’est peut être qu’une information…

Au moment de reprendre Cédric dans la bosse, Renaud arrive à ma hauteur… suis surpris… je lui lâche « Qu’est que tu fais là »… il me réponds que je suis parti fort… qu’il m’a suivi…. bon… j’ai des débuts de crampe… j’ai Renaud sur le porte-bagage… ça va partir en partie de manivelle à 3… Cédric ne rentre pas dans le jeu… je me dis que j’ai un garde fou avec mes watts et BBS… ça roule en paquet… ça commence à m’énerver… car les mecs draftent… on fait la police avec Renaud… à un moment… on lâche l’affaire… car c’est pas notre rôle… il y a des arbitres pour ça…. Le parcours de Fourmies… c’est des toboggans… à chaque montée… Renaud m’impressionne… le bougre, il est facile dans chaque coup de cul, je le savais entrainer !!!! (car à chaque fois que j’allumais Zwift… Renaud roulait déjà… et souvent j’éteignais avant lui…. ) couplé à sa perte de poids… il est bien, ça me motive à perdre le poids qu’il me reste à perdre….
On se tient à distance… une sorte de prise de relais à distance… je reste concentrer sur mes watts à produire… j’espère juste pour lui qu’il sait où il va en terme d’intensité…. il a failli partir à la faute… devant moi dans un virage… on est à mi parcours…. je le vois ralentir en bas d’un coup de cul…. je ne comprends pas ce qu’il se passe…. il me crie qu’il a crevé….
En temps normal… je me dis que c’est une place de gagner… mais là, ça me chier… il est bien…. c’est pas à la pédale…. c’est sur ennui mécanique… j’ai vraiment les boules pour lui…. crever sur un M… c’est quasiment course finie… ça m’est déjà arrivé deux fois sur un M…. une fois avec la voiture balai… une autre en faisant du stop… c’est frustant…

Je termine les 38km de vélo à plus de 36km/heure de moyenne, ma simulation de course m’indiquait 1H04, je mettrais 1h02 et 23 secondes… le job est fait… pas de grosses sensations… je m’attarde pas trop à la transition…
L’objectif est de courir de A à Z, autant que j’ai de la volumétrie en vélo, autant la CAP, j’ai dû mal… 10km… je ne veux pas marcher… histoire d’avoir un peu de volumétrie pour le semi du 70.3… dans quelques semaines…
ça grimpe dés le départ 🤦🏻‍♂️…. le parcours en sous-bois est vraiment sympa… on ressort pour prendre une piste cyclable (long faux-plat montant)… je cours mais j’avance pas… je déteste ce passage… on repasse en sous-bois pour rejoindre le bord de l’étang… l’équipe féminine D3 de Beauvais m’encourage… d’avoir une tenue club… on est plus souvent encouragé par les autres clubs…. j’entends aussi « c’est un mec du club de Laurent (Savareux).

Des mecs commencent à marcher… je les incite à courir avec moi… c’est con mais moi… ça m’évite de marcher… « tu ne peux pas demander à un mec de courir, et toi de marcher 10m plus loin… » je fais ce premier tour en gestion… le 1er me double dans le long fameux faux plat… je lui sors « Bon courage… » 🤦🏻‍♂️… le mec est en tête… mon deuxième tour sera plus rapide… je termine ce distance olympique en 2H29…

L’after-course se finira à la friterie avec Renaud et les compiegnois…. course que je referais surement….